Fruit d'une observation partagée

youtube
banniere-publications

Structure

 

Personnel et horaires de travail


Le tableau en page 36 du rapport d’activité permet de visualiser la répartition des heures de travail pour chaque personne ayant exercé une activité à l’OR2S en 2016, grâce à la comptabilité analytique temps mise en place depuis de nombreuses années. Plus de 31 600 heures ont été effectuées au cours de l’année, soit 6 000 heures de moins que l’exercice précédent. Ce total d’heures travaillées est également inférieur à ceux de 2013 et 2014 où le seuil des 32 000 heures avait été franchi. Tout compris, cela correspond à l’équivalent de 20 personnes à temps plein sur l’ensemble de l’année, sans tenir compte des heures qui ont été réalisées par certains administrateurs à titre bénévole, tout particulièrement la présidente, le trésorier et la secrétaire générale. Cette dernière intervient également dans le cadre de la Plateforme sanitaire et sociale, notamment dans l’écriture des numéros de la lettre d’information.

L’effectif des personnes ayant exercé une activité, soit sur l’ensemble de l’année, soit sur une partie de celle-ci, est inférieur à celui de l’exercice précédent : trente contre trente-sept. Cet effectif est d’ailleurs aussi inférieur à ceux des effectifs antérieurs (respectivement trente-quatre en 2013 et trente-trois personnes en 2014 ayant exercé une activité au sein de l’OR2S). Il faut souligner que des heures supplémentaires (pour un total annuel de 438) ont pu/dû être effectuées par sept salariés, pour permettre parfois le rendu de projets dans les temps impartis, mais aussi pour pallier les difficultés de recrutement pour certains travaux nécessitant des compétences spécifiques. Ce total d’heures est plutôt inférieur à celui constaté ces cinq dernières années.

En analysant plus finement la répartition des diverses tâches, le traitement des bases de données constitue toujours une partie importante de l’activité, même si elle est en retrait par rapport aux trois exercices précédents : 4 050 contre 4 420 heures en 2015, 4 840 heures en 2014 et près de 4 500 en 2013. Cette relative baisse s’explique car en 2013 et 2014 avait été engagé un important travail d’intégration de données plus anciennes, à l’image des données de mortalité portant sur 1979-1989 ou de celles des recensements de population de 1975 à 1990. Et cette activité ne prend pas en compte tout ce qui précède cette gestion des bases de données, à savoir la partie maintenance et développement des outils nécessaires au fonctionnement optimisé des bases de données. Ainsi, ce sont 3 600 heures qui ont été affectées en 2016 à cette activité, en y intégrant également la maintenance des deux sites Internet, soit à un niveau équivalent de celui de 2014. Le nombre de personnes impliquées est conséquent : 26 personnes y ont travaillé dont près de la moitié (12) y a consacré plus de 200 heures, trois salariés dépassant même les 1 200 heures de travail.

En dehors de ces tâches liées à la gestion des bases de données et aux développements informatiques s’y associant, deux activités ressortent, se situant à un niveau équivalent de plus de 3 000 heures ; il s’agit de la réalisation du diagnostic territorial de santé préalable à l’élaboration du PRS2 (3 279 heures) et le programme Jesais (3 117 heures). La gestion des tâches diverses de fonctionnement et de la démarche qualité pour 2 204 heures et la Plateforme sanitaire et sociale de l’ex-Picardie (2 116 heures) viennent ensuite. Pour cette dernière, il faudrait d’ailleurs rajouter à ces heures, celles des membres du Groupe projet, qui ont participé à l’élaboration et à l’écriture de certains articles des lettres d’information, et celles qui sont comprises dans la maintenance du site Internet et des bases de données. Dépasent ensuite les 1 000 heures de travail effectif quatre projets, deux concernant les Hauts-de-France et deux la Normandie. Pour ces derniers sont à mentionner l’accompagnement de l’ARS sur différents aspects avec notamment la réalisation de la plaquette sur le suicide et le projet sur la santé et la précarité. Côté Hauts-de-France, l’extension du dispositif de la santé en milieu carcéral pour l’ARS et l’analyse et approfondissement des problématiques de santé sur les territoires pour le conseil régional sont à mentionner. L’évaluation des contrats locaux de santé menés en collaboration étroite avec l’Ireps sur la Haute-Normandie qui s’est terminé en 2016 apparaît ensuite avec près de 900 heures.

Deux projets dépassent les 700 heures (les maladies à caractère professionnel et l’accompagnement de la Fnors et des ORS) et cinq autres sont au-dessus des 500 heures : production de documents de communication, Normanut, Structuration et impact des programmes d’éducation thérapeutique du patient dans les Hauts-de-France, l’analyse de l’offre de soins dans les Hauts-de-France et Mon métier demain programme retenu dans le cadre du Fonds social européen sur le territoire de l’ex-Picardie.

Tous ces projets représentent les neuf-dixièmes de l’ensemble des heures travaillées, les autres ayant chacun nécessité moins de 500 heures de travail au cours de l’année 2016. Il faut constater d’ailleurs que, parmi ceux-ci, de nombreux travaux sont reconduits d’une année sur l’autre et font partie de l’activité pérenne de l’OR2S.

 

Évolution des heures travaillées suivant le poste d’activité


Avec 31 600 heures travaillées, l’année 2016 aura été marquée par une réduction de l’activité de près de 16 % par rapport à l’exercice 2015, revenant au niveau des années 2013 et 2014.

La partie « Études » représente chaque année, tout naturellement, une grande partie de l’activité de l’OR2S (près de 13 000 heures en 2016, soit 41 %). Cette activité d’études est remontée par rapport à l’exercice précédent ; elle était alors de 29 % pour 11 000 heures travaillées. Cette augmentation provient essentiellement du nombre d’études commanditées par l’ARS des Hauts-de-France dans le cadre de la dernière année du Cpom. Il s’agit d’une évolution nouvelle car la tendance antérieure était à la diminution de cette part. Celle-ci provenait essentiellement de l’augmentation importante de tout ce qui concerne le traitement des données (gestion des bases de données et développement des outils pour gérer et exploiter ces bases de données). Ainsi, cet ensemble en 2016 représente 24 % de l’activité totale contre moitié moins en 2008-2010, mais un peu inférieur à 2014 et 2015 (plus de 26 %). La part « Politiques de santé » dépasse à peine les 500 heures ce qui en fait le nombre le plus faible sur la période 2009-2016 mis à part 2013 (près de 1 700 heures en moyenne sur 2009-2015). La santé observée est revenue au niveau de la période 2007-2009 avec la réalisation d’un diagnostic territorial qui s’inscrit dans la continuité de la production des tableaux de bord de santé et de nombreux diagnostics territoriaux, tant du côté des Hauts-de-France que de la Normandie. L’observation sociale avec près de 2 500 heures travaillées est au niveau de toutes les dernières années depuis 2010 (hormis 2015 qui approchait les 5 000 Évolution des heures travaillées suivant le poste d’activité heures dû au fait de l’ouverture et du développement d’un dispositif identique en ex-Haute-Normandie à celui de l’ex-Picardie).

Enfin, la gestion, les réunions et les tâches diverses de fonctionnement sont en diminution en 2016, le niveau le plus bas de ces vingt dernières années avec une part de 7 % pour 2 200 heures effectives. Par rapport aux deux années précédentes, cette baisse est due notamment à la réduction des tâches de gestion supplémentaires, liées alors à l’installation de l’antenne rouennaise et aux démarches administratives s’y afférant.

La fonction de documentation s’est réduite progressivement à mesure du temps, dans une complémentarité avec celle de l’Ireps dans le cadre du pôle de compétence en éducation pour la santé.

 

Évolution du nombre d’heures annuelles de travail effectivement réalisées depuis 1995, en fonction des principaux postes pérennes d’activité

Heures travail 2016


Source : OR2S

* comprend le traitement des bases de données et la maintenance des sites Internet, des bases de données et les développements informatiques.

NOUS CONTACTER

Nous contactez

(*)
Entrée non valide

(*)
Entrée non valide